Explication de la véritable conversion ?

Explication de la véritable conversion.

Rappelez-vous que la puissance qui est donnée par l’Esprit de Dieu aide la personne à croître et à vaincre. D’une façon littérale, c’est Christ qui vit Sa vie chez le chrétien. Sans Son aide, le nouveau converti s’aperçoit rapidement qu’il ne peut aller nulle part ! Lorsque le Christ a dit : « …porte beaucoup de fruit » (Jean 15 :5), il a ajouté

« car sans moi vous ne pouvez rien faire ».

 

Le pouvoir de l’homme, l’énergie humaine, ne peut lui venir en aide que dans les domaines physiques.

Les problèmes spirituels ne peuvent être résolus à l’aide du Saint-Esprit.

Rappelez-vous, Christ est le Cep et nous sommes les branches. Celles-ci doivent demeurer attachées au Cep et cela s’accomplit par l’intermédiaire de l’Esprit-Saint qui agit sur l’esprit humain.

 

En parlant de ce processus, Christ a dit :

« …des fleuves d’eau vive couleront de son sein ». « Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui », (Jean 7 :38).

En même temps que l’Esprit accomplit de bonnes œuvres, l’Esprit de Dieu « s’écoule » du chrétien.

Il doit donc être remplacé sinon il s’épuisera et disparaîtra complètement. C’est pourquoi le Christ a dit : « Si donc, … vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent. », (Luc 11 :13).

 

Vous devez, dans vos prières, demander régulièrement de recevoir davantage de Saint -Esprit.

 

Paul a écrit : « Je puis tout par Celui qui me fortifie », (Phil 4 :13)

et, « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante », (Éph 6 :10).

Christ a aussi dit : « …à Dieu tout est possible », (Matth 19 :26).

Ceci peut également s’appliquer à votre propre vie si l’Esprit est à l’œuvre et peut croître en vous.

 

Toutefois  le chrétien(ne) qui est entré dans cette plénitude de vie doit ensuite croître sans cesse dans la sainteté sous l’action du Saint-Esprit.

 

Paul a écrit aux Corinthiens et leur a dit qu’ils étaient des « enfants (bébés) en Christ » (I Cor 3 :1).

Il souligne leur besoin de « lait » au lieu de « nourriture solide ».

Le nouveau chrétien ressemble beaucoup à un petit enfant. Par analogie, il apprend d’abord à se tourner sur lui-même, puis à se traîner et ensuite à marcher (et même là, d’abord de façon incertaine et vacillante).

Ce n’est que plus tard qu’il apprend finalement à courir (spirituellement parlant).

 

Paul comprenait cela. Il a comparé la conversion à participer à une course (I Cor 9 :24). Bien entendu, le coureur doit, pas au début, mais à un certain moment, acquérir de la vitesse puisque Paul dit qu’il doit le faire « de manière…à remporter le prix ».

 

Voilà le mode de vie d’un chrétien.

C’est une croissance lente mais constante, qui, par une pratique quotidienne, permet au progrès de s’accomplir dans la vie de la personne qui copie Christ.

Le nouveau converti ou un converti de longue date s’efforce sincèrement, du fond du cœur, d’être différent, d’emprunter une voie différente, de suivre celle de Dieu et ce, pour le reste de sa vie.Une voie qui n’est pas facile.

 

Le chemin emprunté par le chrétien est-il facile ?

 

Est-ce que la personne qui veut acquérir le caractère de Christ peut « se la couler douce » ? Certainement pas !

 

JESUS dit : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. », (Matth 7 :13-14). Il n’y en a toujours eu qu’un très petit nombre prêts à sacrifier ce qu’il fallait pour emprunter cette voie.

 

Souvenez-vous que les chrétiens doivent « courir ». Cela requiert des efforts et un DUR TRAVAIL.

Les coureurs accumulent de la fatigue à cause de l’énergie qu’ils dépensent.

Regardez les coureurs de fond lorsqu’ils traversent la ligne d’arrivée. Ils sont fatigués, épuisés, terrassés !

Une course n’est jamais facile. Parfois même, comme cela est le cas dans une course à obstacles ou un marathon, le coureur doit parcourir des terrains très accidentés.

Même Paul a dit qu’il « cour[rait] vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Phil 3 :14).

Au verset précédent, il avait dit qu’il « oubliait ce qui était derrière et se portait vers l’avant, afin d’atteindre le but » ultime qu’il visait (verset 13). Si un coureur exige beaucoup de lui-même pendant une longue course, il arrivera épuisé à la fin. Mais s’il abandonne, il perd toutes ses chances de gagner. Tout son entraînement et tous les efforts investis en vue d’une victoire sont perdus. Par contre, peu importe le degré de fatigue, il faut se rappeler « qu’à Dieu tout est possible ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :