Psaumes 91 : 1 Celui qui demeure sous l’abri du Très Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.

Shirley Halliday ouvrit sa Bible.

Ce jour-là, plus encore que d’habitude, elle sentait le besoin d’entendre la voix de Dieu.

Elle aimait son travail d’infirmière, mais c’était épuisant, et, dans ces moments-là, son mari, qui était mort à peine trois mois plus tôt, lui manquait énormément. Il n’y avait pas un bruit dans la maison. Janie, sa fille de 13 ans, était partie en vacances avec son frère aîné, sa femme et leurs deux enfants.

Shirley décida de lire le psaume 91. Elle commença par les versets 11 et 12: Car Il chargera Ses anges de veiller sur tes chemins,… de te porter sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. Tout à coup, elle s’arrêta de lire et éclata en sanglots. Elle pleurait sans pouvoir se contrôler. Elle sentait que Janie courait un danger, sans savoir de quel danger il s’agissait, ni même où elle se trouvait. Tout ce qu’elle savait, c’est que la vie de sa fille était menacée. Shirley se mit à implorer le Seigneur en prière : ― Je sais que Tu ne m’enverras jamais une épreuve qui soit au-dessus de mes forces, car je ne pourrais pas supporter de perdre ma fille alors que je viens de perdre mon mari. Je remets Janie entre Tes mains. Je Te confie tous ceux qui me sont chers. Je les confie à Ta garde et à Ton amour infaillibles, ici-bas ou dans l’au-delà, parce que Tu sais mieux que moi de quoi ils ont besoin. Ô Seigneur, je remets ma fille Janie entre Tes mains. Elle pria avec toute la ferveur d’une mère qui sait que la vie de sa fille ne tient qu’à un fil. C’est alors qu’elle se sentit soulagée d’un immense fardeau. Une paix profonde inondait son âme. Elle sut que le Seigneur avait entendu son appel et qu’Il avait exaucé sa prière.

Elle poursuivit sa lecture du Psaume 91 : « Il m’invoquera et Je Lui répondrai. » C’était la confirmation qu’elle attendait, ici même, en toutes lettres. Elle se mit donc à louer Dieu de toute son âme. Loin de là, Janie, la fille de Shirley, était en train de prendre des photos du Grand Canyon.

Dans la zone de la Forêt Fossile, elle quitta le groupe familial à la recherche de quelque bonne photo. Elle franchit une barrière et s’approcha du bord de la falaise. Le sol semblait recouvert de cendres noirâtres. Soudain, Janie glissa et bascula dans le vide. Elle tenta désespérément de s’agripper à quelque chose pour freiner sa chute, mais en vain.

Les parois du canyon étaient noires et elle avait l’impression de tomber dans un gouffre sans fond. La jeune fille réalisa la gravité de la situation. Soudain, elle sentit une présence. Elle cessa de tomber et s’arrêta net comme si on l’avait attrapée.

Elle tâta la paroi du canyon et put sentir sous ses doigts la surface glissante. Alors, elle essaya de se tourner, mais se remit à tomber. Tous ses efforts pour tenter de remonter demeuraient vains. À chaque fois, elle retombait un peu plus bas. La bataille semblait perdue. Jamais, elle n’arriverait à remonter. Elle allait dégringoler dans le vide jusqu’au fond. À nouveau, Janie se sentit enveloppée par une présence. Et tout à coup, mystérieusement, elle se retrouva au sommet de la falaise. Elle savait pertinemment qu’elle n’aurait jamais pu remonter toute seule, c’était tout simplement impossible. La seule explication possible, c’était qu’un ange avait arrêté sa chute en l’attrapant dans ses bras puissants. Elle avait été ramenée au sommet sur les ailes d’un ange. Ce soir-là, lorsqu’elle téléphona à sa mère, Janie ne mentionna pas qu’elle avait frôlé la mort. Pour ne pas l’inquiéter. ― C’est formidable maman, nous allons tous très bien, se contenta-t-elle de lui dire. ― Je sais que tu n’as rien à craindre, répondit sa mère. Je t’ai remise entre les mains de Dieu. À ce moment-là, ni la mère ni la fille ne fit part à l’autre de son expérience survenue quelques heures plus tôt.

Mais, au retour, tout le monde eut l’occasion de raconter ses aventures. Au moment de montrer une certaine photo à sa mère, Janie lui avoua qu’elle avait frôlé la mort et qu’elle avait été secourue in extremis de façon mystérieuse. ― C’est arrivé quand? lui demanda sa mère. ― Le jour où nous sommes allés au Grand Canyon. Tu te rappelles, je t’ai appelée ce soir-là. ― Oui, mais à quel moment précis de la journée ? insista Shirley. Les vacanciers lui précisèrent l’heure de l’accident. C’était exactement au moment où Shirley avait imploré Dieu avec tant de ferveur. Un jour que Shirley n’oubliera jamais ! ― Ce n’était pas une coïncidence, affirma-t-elle avec conviction, c’est le Saint-Esprit qui m’a avertie que Janie était en danger de mort. J’ai imploré Dieu et Il a envoyé Son ange pour la secourir.

Psaumes  91

Psaumes  91 : 1 Celui qui demeure sous l’abri du Très Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.

Psaumes  91 : 2 Je dis à l’Éternel: Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie!

Psaumes  91 : 3 Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.

Psaumes  91 : 4 Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

Psaumes  91 : 5 Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,

Psaumes  91 : 6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.

Psaumes  91 : 7 Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint;

Psaumes  91 : 8 De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants.

Psaumes  91 : 9 Car tu es mon refuge, ô Éternel! Tu fais du Très Haut ta retraite.

Psaumes  91 : 10 Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente.

Psaumes  91 : 11 Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies;

Psaumes  91 : 12 Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

Psaumes  91 : 13 Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon.

Psaumes  91 : 14 Puisqu’il m’aime, je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom.

Psaumes  91 : 15 Il m’invoquera, et je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai.

Psaumes  91 : 16 Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :