Amy Carmichael

Amy Carmichael: Une Vie d’Abandon

La vie d’Amy Carmichael est un modèle de consécration désintéressée au Sauveur, d’une vie de discipulat et d’abandon. Elle vécut pour une seule raison, et cette raison était de faire connaître l’amour de Dieu à ceux qui étaient emprisonnés dans les plus profondes ténèbres. Elle naquit au Nord de l’Irlande en 1867 et était l’aînée d’une famille de sept enfants. La mort prématurée de son père lorsqu’elle avait huit ans eut un profond effet sur elle, l’amenant à penser sérieusement à son avenir et au plan de Dieu pour sa vie.

Des années avant qu’elle devînt missionnaire, Dieu lui donna un aperçu du travail qu’elle aurait un jour. Son premier chuchotement survint un dimanche matin d’hiver tandis que la famille revenait à la maison après le culte à l’église. Amy et ses frères observaient fixement une vieille dame qui portait un lourd paquet. Elle écrit qu’elle ressentait une terrible et écrasante envie de l’aider mais aussi un sentiment d’embarras. « Cela signifiait faire face à toutes les gens respectables qui, comme nous, étaient sur le chemin du retour. Ce fut un moment affreux. Nous étions seulement deux garçons et une fille, et pas du tout des chrétiens exaltés. Nous détestions faire cela. Nous étions tout rouges de colère (du moins nous nous sentions rouges de colère, âme et corps)  et nous continuâmes à marcher péniblement, un vent humide soufflait autour de nous et souffletait aussi les haillons de cette pauvre vieille dame, jusqu’à ce qu’elle ressemblât à un paquet de plumes et que nous nous trouvions confus au milieu de tout cela. »

Comme ils passaient devant une magnifique fontaine victorienne, elle entendit les paroles de 1 Corinthiens 3:12-14 dans son esprit : « Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense.  » Elle se retourna pour voir qui était là, mais il n’y avait personne – il n’y avait que le bruit de l’eau de la fontaine et le rire de quelques passants. Avant ce moment-là, Amy Carmichael admettait qu’elle se préoccupait de sa vie sociale. Cependant, maintenant il apparaissait que Dieu l’appelait à « construire certaines choses avec Lui.  »

La Main de Dieu

En septembre 1886, la famille Carmichael se rendit à Glasgow en Angleterre pour assister à une conférence à Keswick, dans le district de Lake. Ce fut là qu’Amy Carmichael sentit la main de Dieu sur sa vie.

Le but de la conférence était de promouvoir la sainteté ou la  » vie chrétienne plus élevée.  » Amy écrit :  » La salle était remplie d’une sorte de brume grise, très sombre et froide. J’étais venue à cette réunion, à moitié craintive et à moitié animée d’un certain espoir. Allait-il y avoir quelque chose pour moi ?… Le brouillard dans la salle semblait me heurter de son humidité. Mon âme était dans un brouillard. Le président de la session se leva alors pour la prière finale…  » Ô Seigneur, nous savons que Tu es capable de nous garder de la chute.’ Ces paroles me trouvèrent. C’était comme si elles étaient de feu. Et elles brillèrent pour moi.  »

Amy Carmichael réalisa que rien ne pouvait être plus important que de vivre sa vie pour Jésus-Christ qui, sans aucune possession terrestre, avait donné Sa vie même pour elle. Elle savait qu’Il l’appelait à en faire de même et à lui donner tout d’elle-même. Cela signifiait qu’elle devait  » mourir au monde et à ses applaudissements, à ses habitudes, ses modes et ses lois.  »

En 1895, elle fut envoyée par l’Eglise d’Angleterre Zenana Missionary Society à Dohnavur, en Inde, où elle servit Dieu pendant 56 années comme une servante consacrée. La majeure partie de son travail là-bas consistait à secourir des enfants qui avaient été consacrés par leurs familles aux prostituées du temple. Amy Carmichael se rappelait souvent l’image de la vieille dame portant seule son lourd paquet. Elle réalisa que Dieu lui avait donné un amour pour ceux qui dans le monde étaient jugés indignes d’amour. C’était le débordement de cet amour que Dieu utilisa pour démarrer la Communauté Dohnavur en Inde qui devint un endroit sûr et un refuge pour les enfants du temple.

Plus d’un millier d’enfants furent sauvés de la négligence et des abus durant la vie d’Amy. A leurs yeux, elle était connue sous le nom d’  » Amma « , ce qui signifie mère en langue Tamoul. Le monde était souvent dangereux et rempli de stress. Toutefois, elle n’oublia jamais la promesse de Dieu de  » les garder en toutes choses.  »

 » Il y avait des jours où le ciel devenait noir pour moi à cause de ce que j’avais entendu et ce que je savais être vrai… Quelquefois, c’était comme si je voyais le Seigneur Jésus-Christ s’agenouiller seul, tout comme Il s’était agenouillé il y a longtemps sous les oliviers… Et la seule chose que celui qui se mettait en souci pouvait faire, c’était d’aller tout doucement s’agenouiller à Ses côtés, afin qu’Il ne fût pas seul dans Sa douleur pour les petits enfants.  »

Elle était un écrivain prolifique avec 35 livres publiés sous son compte. Dès son enfance, Amy avait manifesté ses talents d’écrivain. Cependant, après un tragique accident en 1931, elle passa la majorité de son temps confinée dans le complexe de la Communauté Dohnavur.

Obéissance, engagement total, et désintéressement furent les caractéristiques de la vie d’Amy Carmichael. Dans un monde où la pensée de vivre sa vie pour Jésus-Christ par dessus toutes autres choses s’évanouit rapidement, elle demeure un exemple lumineux et toujours brillant de celle dont l’unique existence était consacrée à son Seigneur et Sauveur bien aimé.

Il se peut que Dieu vous emmène ou non, comme Il l’a fait avec Amy Carmichael, dans quelque pays lointain. Néanmoins, Il a sûrement un plan pour votre vie – celui de vous utiliser comme Sa lumière d’espérance éternelle et de pardon aux autres. Demandez-Lui de rendre Sa volonté parfaitement claire. Les récompenses de Dieu ne sont pas basées sur des exploits humains ou le succès financier. Elles sont accordées, bien plutôt, à ceux qui  » construisent certaines choses avec Lui  » et se consacrent à Christ à travers une vie d’obéissance et de piété désintéressée.

par IN TOUCH MINISTRIES

Publicités

Une Réponse

  1. Témoignage très fort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :