Avoir des enfants est un privilège, une bénédiction venue de Dieu. Il est donc de votre devoir de les convaincre qu’ils sont plus importants que votre carrière ou que la poursuite de biens matériels.

Sachez écouter “lentement” !

Fais-les connaître à tes enfants et aux enfants de tes enfants.” Deutéronome 4.9

Avoir des enfants est un privilège, une bénédiction venue de Dieu. Il est donc de votre devoir de les convaincre qu’ils sont plus importants que votre carrière ou que la poursuite de biens matériels. Saisissez chaque occasion possible de leur dire que vous les aimez. Et soyez présent à leurs côtés ! Être parent est une responsabilité importante. Dieu ne tient pas votre gouvernement ou le système scolaire pour responsables de vos enfants. C’est vous qu’Il tient pour responsable ! “Garde-toi d’oublier les choses que tu as vues de tes yeux… Tu les feras connaître à tes fils et à tes petits-fils” Être parent est une opportunité limitée dans le temps. Si vous les négligez, vos enfants en conclueront qu’ils ne sont pas aussi importants à vos yeux que toutes ces choses que vous ne cessez de faire passer avant eux. Et ce jourlà, vous les aurez effectivement perdus. Etes-vous prêt à payer un prix aussi élevé ? Sinon, réorganisez vos priorités.

Dans l’un de ses livres, Charles Swindoll a raconté : “Je me souviens très bien d’un moment de ma vie où je m’étais retrouvé prisonnier d’une accumulation d’engagements qui me laissait très peu de temps libre. J’étais très vite devenu désagréable envers ma femme et nos enfants, me dépêchant d’avaler mes repas, et m’irritant sans cesse de ces interruptions inattendues qui bouleversaient le programme de mes journées. En bien peu de temps, toute notre famille se mit à refléter la fébrilité de mon style de vie. Je me rendis compte que l’atmosphère était devenue insupportable. Je me souviens, comme si c’était hier, de ce qu’a dit, un soir après dîner, notre plus jeune fille Colleen. Elle voulait me raconter un événement important pour elle, qui avait eu lieu à l’école ce jour-là. Elle se mit à parler à toute vitesse : “Papa-je-veux-te-dire-quelque-chose-mais-je-te-le-promets-j’irai-le-plus-vite-possible…” J’ai soudain pris conscience de sa frustration, aussi lui ai-je répondu doucement : “Ma chérie, tu peux me raconter tout cela sans te presser, je t’assure… Raconte-le-moi lentement !” Je n’ai jamais oublié sa réponse : “Alors toi, écoute-moi lentement !”

Bob Gass

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :