Que nous dit la Bible sur Marie : portrait biblique

Marie : portrait biblique

Eclaircissement

 » Ah ! C’est vrai ! Vous, vous ne croyez pas à la Vierge !  » Cette réflexion, courante dans la bouche d’un catholique lorsqu’il croise un protestant, exprime sans nul doute le point de doctrine majeur de la foi qui, à ses yeux, le sépare de son interlocuteur. Derrière les mots cependant plusieurs questions se posent.
La première d’abord :
qui est Marie ?

Que nous dit la Bible, seul document fiable sur le sujet, à son propos ?

La Vierge, à laquelle disent croire nos amis catholiques, est-elle celle que nous présentent les Evangiles ? Ces questions élucidées, nous pourrons aborder d’une autre manière la réflexion qui introduit cet article.
Qui est Marie ?
Une première surprise attend le lecteur de la Bible qui s’intéresse à la personne de Marie : c’est la rareté des textes qui en parlent. Sur les 4 évangiles qui rapportent les discours et les faits et gestes de Jésus, deux d’entre eux seulement rapportent les circonstances de sa naissance : Matthieu et Luc. C’est surtout ici, dans le récit de ces premiers événements, que nous rencontrons Marie. Avec le souci du détail qui le caractérise, Luc sera le plus prolixe sur le sujet. Il ne se contentera pas, comme Matthieu, de rapporter les faits miraculeux qui s’attachent à la naissance de Jésus. Il ira plus loin, rapportant les faits troublants antérieurs à cette naissance : la grossesse surprise d’Elisabeth, la cousine de Marie, suivie peu de temps après de la visite de l’ange Gabriel annonçant à Marie le choix de Dieu de faire d’elle la mère porteuse du Messie (Luc , chapitre 1).
1ères conclusions :
De ces premiers récits, nous retenons plusieurs vérités essentielles au sujet de Marie :
– La surprise totale que sont pour Marie la visite de l’ange et la nouvelle dont il est le porteur. Marie est une femme simple, une servante du Seigneur comme elle se nomme. Elle ne se trouve rien d’extraordinaire. Elle ne comprend d’ailleurs même pas sur le moment le sens du message que lui délivre l’ange. Elle n’hésite d’ailleurs pas à lui poser des questions à ce sujet. Ayant reçu réponse, elle se soumet :  » Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! » : Luc 1,36
– Luc nous précise ensuite dans quel état se trouve Marie au moment où ces faits se produisent. Marie n’est pas libre. Elle est fiancée, liée à un homme nommée Joseph. Or, dans la culture juive, les fiançailles sont un vrai engagement de fidélité. Marie, précise Luc, est vierge. C’est d’ailleurs à ce sujet qu’elle se pose des questions. Comment pourrait-elle accoucher d’un enfant puisqu’elle ne connaît pas d’homme. L’ange lui répondra par le mystère qui est l’explication clé, non seulement de la naissance de Jésus, mais du phénomène que sera toute sa vie :  » Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.  » : Luc 1,33
Autres témoignages en Matthieu et Luc
Le récit de la naissance de Jésus clos, nous ne retrouvons trace de Marie que de rares fois dans les Evangiles. Alors que Jésus a douze ans, Luc rapporte l’incident qui se produisit sur la route du retour de la fête de la Pâque à Jérusalem : le constat de la disparition de Jésus, la recherche de ses parents dans la ville sainte et la curieuse réponse de Jésus à leur inquiétude :  » Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ?  » : Luc 2,49
Plus tard, alors que Jésus homme se rend à Nazareth, la ville de son enfance, Matthieu nous fait part de l’étonnement des habitants de la ville à la vue de sa sagesse et des miracles qu’il opère :  » D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N’est-ce pas le fils du charpentier ? N’est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? » : Matthieu 13,54-55. Renseignement important qui nous est donné ici : après la naissance de Jésus, Marie n’est pas resté vierge. Elle s’est unie à Joseph, son époux, et de cette union sont nés au moins 6 enfants. Une réalité conforme au témoignage rendu par ailleurs par Matthieu, au moment des faits relatifs à la naissance de Jésus : Joseph ne connut point sa femme jusqu’à ce qu’elle ait enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus ! Matthieu 1,24.  » Jusqu’à ce que » indique bien le terme limite d’un état de choses au-delà duquel il s’interrompt !
Marc et Jean
Plus court dans ses explications, l’Evangile de Marc nous rapporte un fait troublant au sujet de Marie. Alors que la popularité de Jésus allait en grandissant,  » ses parents, dit Marc, vinrent pour se saisir de lui ; car ils disaient : il est hors de sens.  » : Marc 3,21. Un peu plus tard, relate toujours Marc, sa mère et ses frères survinrent pour le chercher. On avertit Jésus. Celui-ci répond alors : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui : Voici, dit-il, ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère. » : Marc 3,33 à 35
Manifestement, le baromètre des relations entre Jésus et sa famille n’est pas resté au beau fixe. Une réalité dont rend compte aussi Jean l’évangéliste. A Cana en Galilée, Marie et toute sa famille sont invités à un mariage. Jésus est aussi là. A un moment, Marie remarque un problème dans l’organisation du repas. Alors que la fête est loin d’être finie, le vin se met à manquer. Elle en fait part à Jésus, lui suggérant par sa remarque de faire quelque chose. Jésus la remet à sa place : qui est-elle pour lui dire ce qu’Il doit faire ?  » Mon heure n’est pas encore venue, lui dira Jésus.’ » : Jean 2,1 à 4. De manière claire, Jésus laisse entendre à Marie qu’elle outrepasse ses droits de mère. Sur le plan spirituel, c’est de Dieu, Son Père, seul qu’Il reçoit ses ordres ! Quant aux frères de Jésus, Jean sera clair sur leur attitude à son égard : « Ses frères non plus ne croyaient pas en lui, dit-il : Jean 7,5.
Dernières mentions de Marie
C’est à la croix que, pour l’avant dernière fois, nous retrouvons Marie. Dans la douleur, elle assiste à la mort de ce fils au destin si prometteur. Jésus, pour autant, ne la délaisse pas. Comprenant sa souffrance, il la confiera, avant d’expirer, à son disciple le plus proche, Jean. La même douleur réunissant ces deux être proches de son cœur, Jésus demandera à Jean de considérer Marie comme sa mère et il demandera à Marie de considérer Jean comme son fils : Jean 19,26-27. Plus tard, alors que Jésus est ressuscité, on retrouvera pour la dernière fois Marie et les frères de Jésus, désormais convaincus de sa messianité, avec ses disciples, réunis dans l’attente de la promesse qu’Il leur a faite : la venue de son vicaire ou remplaçant, le Saint-Esprit : Actes 1,14
Conclusion
Un jour, tandis que Jésus parlait, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : heureux le sein qui t’a porté ! Heureuses les mamelles qui t’ont allaité : Jésus répondit : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! : Luc 11,27-28.
Sans rien enjoliver, les Evangiles nous rendent compte avec exactitude de la qualité très fluctuante des relations de Jésus avec Marie. Ce qui nous rend proche de Marie est son caractère typiquement humain. Tantôt magnifique dans son humilité et sa soumission à Dieu, Marie se révèle aussi parfois incrédule, incapable de comprendre ce fils particulier qu’elle aime tant. Marie le dit elle-même dans le cantique qu’elle a composé au moment de la naissance de Jésus : parce qu’elle est ce qu’elle est, son esprit se réjouit en Dieu, son Sauveur : Luc 1,47. Comme nous parce qu’elle se sait imparfaite, pécheresse, Marie a eu besoin de la mort de Jésus pour son salut. A cette Marie là, nous croyons !
Le cours de l’histoire va faire que Marie ne restera pas celle que les évangiles nous ont présenté. Un prochain article retracera les étapes qui, d’une humble servante du pays de Nazareth, fera de Marie la reine du ciel, une idole vénérée par des millions d’êtres humains !
Gilles Georgel
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :