La souffrance

Lisons le texte Nous pouvons disserter philosophiquement sur la souffrance, mais personne ne saurait parler avec justesse de la souffrance comme Dieu lui-même.

Le fils de Dieu, devenu par amour fils de l’homme, a connu la souffrance extrême, dans la plus grande injustice, lui le juste qui a souffert pour des injustes. Il a supporté des souffrances spirituelles, morales et physiques, son être entier ayant été broyé par l’infamie, la souillure des autres, les coups et la croix.

 Le Seigneur a voulu le broyer par la souffrance. Esaïe 53:10

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit, 1 Pierre 3:18

Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Esaïe 53:3

Le prophète appelle le Christ « l’homme de douleur et habitué à la souffrance ». En lisant les Écritures, nous découvrons plusieurs formes de ses souffrances:  -la souffrance morale : le mépris, l’abandon, le dédain, le rejet, la trahison, le reniement, l’humiliation, l’angoisse

-la souffrance physique : les coups, la flagellation, les épines sur sa tête, la crucifixion, l’agonie de la croix, une mort horrible et humiliante.

-la souffrance spirituelle, certainement la plus douloureuse pour celui qui appelé « le juste », celui qui n’a pas connu le péché et qui a été fait péché pour nous, identifié au pécheur, dans la malédiction de la croix.

C’est en se référant aux souffrances du Seigneur Jésus-Christ que l’apôtre Pierre nous exhorte en disant :  Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. 1 Pierre 4:1/2

Nous pouvons déjà, à partir de ce passage, donner une raison à la souffrance, mais nous y reviendrons.  Dans notre texte d’introduction il est question de Job. Nous avons dans son exemple une illustration frappante de ce que peut être la souffrance à l’échelle humaine, lui même disant dans sa douleur :

 Le malheur ne sort pas de la poussière, Et la souffrance ne germe pas du sol; l’homme naît pour souffrir, Comme l’étincelle pour voler. Job 5.6/7

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :