Le silence et la sagesse

Le silence et la sagesse

Selon la signification de ce mot, un philosophe est, normalement, un « ami de la sagesse ». Toutefois, Dieu nous met en garde contre une certaine philosophie dont nous pourrions devenir la proie (Colossiens 2/8). Cette amitié envers la sagesse humaine est qualifiée par Jacques de « terrestre, charnelle, diabolique ».

Par contraste, la sagesse d’en haut est embellie de qualités qui la rende si attrayante que nous ne pouvons que l’aimer et la rechercher.   Le sage selon ce monde est assez souvent un bavard ; il doit compenser la faiblesse de sa pensée par la surabondance de ses mots. Ecclésiaste 5/2: « La voix de l’insensé se fait entendre dans la multitude des paroles » .

Nous nous dévoilons par nos paroles, nous nous protégeons par nos silences lesquels, notamment, nous permettent d’écouter les autres, qui ont sans doute beaucoup de choses à nous apprendre. Se taire, c’est admettre que nous avons des progrès à faire, que nous voulons nous élever. Pour le chrétien, prier consiste plus à écouter qu’à parler.

Comme Marie, le disciple aime rester aux pieds de son Seigneur, c’est la meilleure attitude pour lui car il veut s’enrichir. Ainsi l’apprenti qui observe les mains de son maître. Il mémorise ses gestes, observe la manière dont l’artisan tient l’outil. Il parle peu, sauf pour poser des questions intelligentes. Il ne désire pas montrer son savoir, mais avoue son ignorance pour s’enrichir de l’expérience de l’autre.

Proverbe 17/28: « L’insensé même, quand il se tait, passe pour sage ; celui qui ferme ses lèvres est un homme intelligent » .

Tant que quelqu’un se tait, on peut imaginer qu’il est très intelligent. Il a, en tous cas, le bénéfice du doute. Mais dès qu’il ouvre la bouche, tel bavard impénitent rend manifeste sa folie. Les amis de Job avaient beaucoup parlé, mais Dieu va les reprendre sévèrement, à la fin du livre. Job lui-même, malgré ses souffrances, sent bien qu’ils ont tort : « Cette multitude de paroles ne trouvera-t-elle point de réponse, et suffira-t-il d’être un discoureur pour avoir raison ? » (Job 11/2). Avec un humour teinté d’ironie, il va jusqu’à leur donner ce conseil : « Que n’avez-vous gardé le silence? Vous auriez passé pour avoir de la sagesse » (Job 13/5).

Cette leçon vaut pour tous les âges et pour tous les temps. Etre sage, c’est souvent savoir se taire. Gérard Fo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :