L’exemple positif du tailleur….Psaume 50:15 : « Invoque-moi au jour de la détresse, je te délivrerai et tu me glorifieras. »

Un matin, à onze heures, le pasteur d’une grande ville dictait à son fils des lettres importantes.
Quelqu’un frappa à la porte. C’était un modeste tailleur, pauvrement vêtu.
Le jour même, à midi, il devait payer une forte somme d’argent, faute de quoi il allait être jeté à la rue
avec sa femme malade et ses six enfants. Il avait travaillé consciencieusement, mais la maladie et
d’autres imprévus l’avaient mis en retard. Il ne pouvait payer son loyer.
Le pasteur se dirigea vers le tiroir de son bureau pour lui donner un secours.
– Non, dit le visiteur, je ne vous demande pas de secours. J’ai lu ce matin une promesse de Dieu, au
Psaume 50:15 : « Invoque-moi au jour de la détresse, je te délivrerai et tu me glorifieras. » Je viens vous
demander si, comme moi, vous croyez à cette promesse et comment vous pensez que Dieu interviendra
en ma faveur.
Le pasteur lui dit :
– Vous avez encore une heure jusqu’à midi. Attendons et nous verrons comment la délivrance se
produira.
L’homme se retira confiant et le pasteur se remit au travail. Quelques instants avant midi, le fils du
pasteur, quelque peu sceptique, dit à son père :
– Allons voir ce qui arrivera au tailleur qui demeure tout près d’ici. Le père et le fils longèrent le quai et
rencontrèrent sur le pont le locataire insolvable : les yeux fixés sur l’horloge de la tour, il répétait dans
une prière : « Invoque-moi au jour de la détresse, je te délivrerai. »
Le pasteur s’éloigna, angoissé.
Soudain, une dame pressée s’approcha de lui.
– Quelle aubaine de vous rencontrer ! J’ai peu de temps et j’avais une communication importante à vous
faire. Ce matin, en partant pour son bureau, mon mari m’a dit : « Remets cela au pasteur pour les
pauvres. Peut-être en aura-t-il besoin ? »
Les yeux pleins de larmes, le pasteur prit l’enveloppe des mains de sa paroissienne et l’ouvrit. Elle
contenait exactement la somme réclamée au tailleur indigent. Il n’eut que quelques pas à faire pour les
tendre au pauvre père inquiet qui les reçut en répétant : « Je te délivrerai et tu me glorifieras. »
Au même instant, les douze coups de midi sonnaient à l’horloge de la tour.

Publicités

Une Réponse

  1. Odlin hyppolite | Réponse

    Toute la gloire est à DIEU.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :